Les 6 méthodes coriaces appliquées par les présidents africains pour s’éterniser au pouvoir

Sharing is caring!

En Afrique, surtout centrale les présidents ne veulent pas laisser le fauteuil présidentiel aux autres. L’alternance est quasi-absente. 
Certains sont appuyer par les grandes puissances, d’autre par leurs armées personnalisées.
Alors comment ces assoiffés du pouvoir résistent et s’éternisent au pouvoir?
Avec ma vison personnelle, je montrerai dans le long de ce billet les 6 méthodes coriaces des Présidents africains à s’éterniser au pouvoir.

1- Le maintien du peuple dans la pauvreté

image

Ces chefs d’États deviennent extrêmement riches et maintiennent le peuple dans la pauvreté.
Ils privent une grande partie du peuple de leurs besoins primordiaux qui sont l’eau potable, accès à l’électricité, accès à l’éducation, accès à l’Internet…
Après avoir systématiquement privé le peuple de leurs besoins primaires, ils mettent en place un service spécial (police politique) pour traquer les manifestants.

2 – La Mise en place un service spécial pour traqué la population : police politique

image

Ce service est appelé « la police politique » en science politique. 
C’est un service aux agents secrets qui mettent la main sur ceux qui sont populaires et capables d’apporter des soutiens et des éléments de conscientisation au peuple, pour un changement, pour une alternance crédible. Ceux dont leurs messages éveillent le peuple. Par exemple : Les activistes, les défenseurs des droits de l’homme, les leaders de la société civile et les opposants politiques loyaux.

3 – La personnalisation de l’armée nationale

Ils personnalisent leurs armées nationales. D’autre regroupent l’armée par clans, dont leurs chefs d’États majors sont pratiquement un des membres de leurs familles.
Ces forces militaires, au lieu de défendre leurs peuples (qui sont composés de leurs frères, leurs mères, leurs pères, brefs leurs famille); malheureusement ils tirent des balles réelles aux manifestants qui réclament leurs droits (droit à l’éducation, à la santé, à l’accès à l’eau potable, à l’emploi…) comme j’avais mentionné ci-dessus les besoins primaires.

4 – La création des plateformes pro-régime et des opposants de façade

Ces chefs d’États créent des plateformes pro-régime pour qu’elles se mettent devant les caméras afin de distraire le peuple et la communauté internationale pour donner tonus à leurs régimes coercitifs.
Ils créent des partis politiques pro-régime qui obéissent et se plient aux ordres donnés par leurs régimes coriaces. Des partis qui stigmatisent la conscience du peuple et des partis politiques, afin de diviser le peuple. Ces partis sont doués dans les achats de conscience.

5 – L’obtention de l’aide d’une grande puissance comme carapace ou bouclier

Comme les grandes puissances n’ont d’intérêts que d’amis comme disait Chirac, ces grandes puissances protègent ces régimes pour leurs intérêts, dont l’exploitation des ressources minières de ces pays. 
Ces grandes puissances  deviendront des carapaces ou des boucliers pour ces despotes africains.
C’est pourquoi malgré les cris du peuple et les contestations des leaders politiques, des sociétés civiles les grandes puissances qui sont devenues des boucliers gardent leurs silences. L’on constate des activistes emprisonnés, des journalistes tués, des opposants incarcérés…

6 – La distraction de la galerie internationale par des propagandes politiques

Pour tout couronner leurs actions, ils fallait distraire la communauté internationale dans des colloques et des sommets.
Ces despotes envoient partout leurs représentants dans des sommets internationaux. Ou bien comme d’habitude, eux-mêmes se présentent dans les arènes politiques internationales avec des discours du genre « lutte contre le terrorisme », la désertification, l’insécurité alimentaire, l’immigration, le chômage…

Ce billet est une synthèse d’analyse politique tiré dans mon livre inédits sur la politique africaine.

Sharing is caring!

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *