Terrorisme : les raisons pour lesquelles certains jeunes dérivent

Article : Terrorisme : les raisons pour lesquelles certains jeunes dérivent
Crédit:
1 juillet 2020

Terrorisme : les raisons pour lesquelles certains jeunes dérivent

À mes yeux, le terrorisme est l’un des fléaux le plus dévastateur que la planète terre vit présentement. Il est un phénomène humain d’imposition doctrinale et idéologique aux autres. Dans cette bande, l’on constate l’entrée massive de beaucoup des jeunes, qu’ils en soit occidentaux, asiatiques et africains.

Il est bien évident que les mains fortes prêtées par les jeunes aux terroristes sont déterminées par de très grandes causes importantes : le chômage chronique des jeunes, la fluidité idéologique religieuse dominatrice des terroristes à la conscience juvénile, le désespoir juvénile aussi, et surtout l’impétuosité désastreuse des chefs d’État africains.

Ces grandes causes déterminantes peuvent influencer sur les jeunes, jusqu’à ce qu’ils finissent par basculer.

Le chômage chronique des jeunes

Le chômage est l’arme destructrice du développement d’une nation. Lorsqu’il est chronique; il entraîne les jeunes à faire des activités illégales et illicites. Jusqu’à ce que les jeunes finissent même à prêter allégeance au terrorisme, pas par ambition, ni par passion, mais pour l’argent et la vengeance.

Pour l’argent, parce qu’ils ne sont pas seulement des chômeurs mais aussi pauvres et vivent dans des conditions précaires. Et pour la vengeance, simplement, parce qu’ils sont marginalisés par leurs dirigeants dans l’emploi des jeunes. Des milliers de jeunes miséreux des villages alentour ont rejoint Boko Haram, attirés par l’argent, le pouvoir et, pour certains, par une chimère islamiste radicale.

Les chefs d’État africains sadiques avec leurs peuples, savent très bien que le chômage chronique est l’une des sources d’extension du terrorisme. Mais ils s’époumonent à lutter contre le terrorisme avec des armes, en gaspillant des milliards dans l’arsenal militaire.

En revanche, ces milliards gaspillés suffisent largement à créer des emplois pour réduire les risques les plus élevé du flux vers le terrorisme.

La « fluidité idéologique » religieuse dominatrice des terroristes à la conscience juvénile

Les terroristes ont une pédagogie fluide de transmission des messages doctrinaux. Ils sont des idéologues par excellence. Ils sont aussi doués dans la transmission de leurs idéologies néfastes.
Ipso facto, ils initient les jeunes à leurs modes opératoires et, inculquent aux jeunes des idées du genre : la mort est une amie, mourir avec une bombe est une clé pour accéder au Paradis.

C’est pourquoi les jeunes rongés par le chômage qui vivent désespérément dans des régimes totalitaires se laissent convaincre par le terrorisme. Une idéologie qui consiste d’une part à tuer et d’autre part à se faire exploser par une bombe au milieu d’une foule, afin d’avoir la carte bleue du paradis.
«BOUMMM…» est leur terminus.

Le désespoir juvénile, terreau du terrorisme

Le désespoir anéantit plus que la dictature. Une jeunesse désespérée au summum est comme un gamin, facile à tromper avec des bonbons et des chocolats.

C’est ainsi que les terroristes réussissent à récupérer les jeunes dans la bande du terrorisme avec de l’argent en liquide. « Fait alarmant, les jeunes et les femmes au Sahel, qui représentent la majorité de la population, sont visés par les campagnes de recrutement des mouvements radicaux. Près de 41 millions de jeunes des moins de 25 ans du Burkina Faso, du Tchad, du Mali, de Mauritanie et du Niger risquent de se radicaliser ou de devenir migrants », indique Mme Sellassie, présentant au Conseil de sécurité de l’ONU le dernier rapport en date du secrétaire général sur la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel.

J’ai assez longtemps médité sur ce groupe de mots : « le désespoir juvénile ». Finalement j’ai réussi à conclure qu’en Afrique, c’est dans le désespoir juvénile que nait la haine, la vengeance et le soulèvement populaire. L’exemple le plus concret était celui du printemps arabe.

L’impétuosité désastreuse des chefs d’États africains

Je n’ai jamais vus des hommes sans cœur comme la plus grande partie de nos dirigeants africains. Des dirigeants qui aiment plus leur ventre que leurs nations. Hélas !

Cependant, je me demande souvent, quelles différences existent-ils entre ceux qui tuent pour hausser leurs idéologies néfastes (les terroristes) et ceux qui laissent mourir de faim (insécurité alimentaire) leurs peuples ?

Quelle différences existent-ils entre ceux qui massacrent leur propre peuple à cause du « pouvoir » et ceux qui font exploser les innocents à cause de leurs « idéologies » ? Il n’y a pratiquement presque rien de différence. L’ultime point commun : c’est tuer, massacrer. Leurs objectifs communs c’est : la gloire , le pouvoir (de gouverner). Ça, c’est une autre forme de terrorisme que j’appelle la forme évoluée du terrorisme en Afrique.

Des sommes colossales versées aux jeunes par les terroristes

Les terroristes sont aux aguets aux moindres gestes des jeunes; aussi et surtout des jeunes chômeurs des pays pauvres africains influencés par l’idéologie et la philosophie « terroristique ». C’est ce que doivent savoir les grandes puissances qui soutiennent les dictateurs en Afrique juste pour leurs intérêts au lieu de celui de l’humanité. Leurs intérêts creusent de plus en plus la pauvreté dans lesdits pays ( surtout africains et asiatiques).

Si les causes primordiales sont les secrets de polichinelles, il est inutile de se retrouver entre amis dans des différents sommets pour la lutte contre le terrorisme. Qu’adviendra la bande sahélienne dans les années à venir si les racines du flux migratoire vers le terrorisme que je viens de citer ci-haut ne cessent pas ?

Le terrorisme s’étendra partout en Afrique dont la sous-base sera la bande sahélienne et sera propagé dans le monde entier.


Facebook : Ngarmadji Djidingar (Djidingar Fils le Panafricaniste)
Twitter : Djidingar Fils

Partagez

Commentaires

Ousmane
Répondre

Joli résumé, tout le monde dans cette zone se pose les mêmes questions!

Moussa Djidingar
Répondre

Merci!
Bien évidemment !

Tiasy
Répondre

captivant article. c'est tout-a-fait vrai! les jeunes deviennent terroristes a cause des dirigeants meme. ils sont egoistes. ici a Madagascar, ils disent "investir dans la lutte contre le terrorisme" alors qu'ils ne font rien. Ils detournent l'argent, ils font des trafics... Ils se remplissent les poches... Alors que des milliers de jeunes sont au chomage et deviennent des delinquants et des criminels. Heureusement, les jeunes malagasy sont encore loin d'inspirer a devenir terroristes. Et pourtant, je me demande comment aucun n'y a pensé...mais bon

Moussa Djidingar
Répondre

Merci !

Les dirigeants africains savent très bien que le chômage chronique est bel et bien la cause primordiale du flux juvénile vers le terrorisme. Ce chômage chronique occasionne également le désespoir juvénile. Lorsqu'une jeunesse est désespérée, c'est presqu'une bombe en explosion. Elle essayera de tout faire, même les activités illégales comme le gangstérisme, braquage à main armée, narcotrafic...
Mais malheureusement, ils sont experts en népotisme et détournement du denier public au détriment du peuple.

Chapeau aux jeunes magalasy, qu'il en soit ainsi pour toute l'Afrique.

Mahamat Oua
Répondre

Par-rapport à un problème majeur ,le monde a une nouvelle génération.

Moussa Djidingar
Répondre

Bien évidemment ! Et cette nouvelle génération a le devoir de relever le défi face à ces dirigeants qui ne pense qu'à leurs ventre qu'a leurs peuples