Phénomène de la mendicité au Tchad

Article : Phénomène de la mendicité au Tchad
1 avril 2019

Phénomène de la mendicité au Tchad

Au Tchad, le phénomène des enfants mendiants ne cesse de s’accroître. Cet accroissement est dû en une grande partie à la crise économique qui secoue le pays depuis plusieurs mois et qui laisse derrière elle une pauvreté extrême. La population tchadienne la vit à travers le manque d’emploi… Après avoir fait un tour dans quelques provinces du Tchad, j’ai fait un constat lamentable.

Dans la province du Kanem

Dans cette localité, le taux de ce phénomène avait diminué les deux années précédentes. Subséquemment, ces enfants ont compris l’importance de leur vie. Ils se sont lancés dans des petits commerces. Ils font des transports à travers des pousse-pousses, des ânes et parfois portent des marchandises ou des bagages sur leur tête afin de trouver de quoi à manger, de quoi se vêtir. Ils font également des activités quotidiennes, comme la vente des herbes sèches pour les animaux. Toutefois, avec la crise économique qui secoue le pays, ce phénomène revient de surcroît avec une augmentation des enfants mendiants.

Dans la Province du Lac-Tchad

Ici, les mendiants sont nombreux. Ils sont le plus souvent sous la responsabilité de leurs maîtres religieux. Ces derniers, sont ceux qui instruisent ces enfants à l’enseignement coranique. Dans la matinée, dans l’après-midi et dans la soirée, une tasse en main (voire la photo ci-dessus), ces enfants mendiants passent de porte à porte pour mendier, chercher de quoi à manger. Ce moment est appelé le « Farrah ». La nuit, ils se regroupent autour du feu pour lire leurs tablettes aux écrits coraniques.

Dans la Province de Hadjer Lamis

Dans cette localité, ils sont de plus en plus nombreux, voire très nombreux. À Massaguet, quelques kilomètres de la capitale tchadienne, lorsqu’un véhicule s’arrête, ils s’empressent pour aller mendier auprès des clandestins, quelques pièces. « Monsieur, que Dieu t’accorde sa grâce…», en ces termes, ils soulèvent leurs tasses, afin de mettre quelques pièces, qui leurs servent à manger.

Le phénomène de mendicité est présent systématiquement dans les pays pauvres. D’une part, il y’a des milliards pour acheter des armes, mais il n’y a quasiment pas d’argent pour épauler des enfants qui dorment dans la rue, sur des cartons ou sur des nattes en paille qui grattent leurs côtes. Tout comme d’autres enfants, ces enfants ont besoin d’une vie décente et d’une prise en charge sanitaire.

À travers ce billet, je lance un appel d’aide sociale, auprès des organisations nationales ou internationales, de personnes aux bonnes volontés d’aider ces enfants afin qu’ils puissent avoir accès à une vie décente et à une éducation.

Partagez

Commentaires