Le terrorisme en deux points

Abubakar Chekau et ses bande ( ph pixabay/CC)

Sharing is caring!

image

Le terrorisme est un régime de terreur. Il est aussi une violence ( attentat, assassinats, enlèvements, sabotage…) menées contre des civils, et destinée à frapper l’opinion publique.
Selon le site wikipedia, le terrorisme est l’usage de la violence envers des innocents à des fins politiques, religieuses ou idéologiques.

l’Assemblée générale des Nations unies considère le terrorisme comme « Les actes criminels qui, à des fins politiques, sont conçus ou calculés pour provoquer la terreur dans le public, un groupe de personnes ou chez des particuliers sont injustifiables en toutes circonstances et quels que soient les motifs de nature politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou autre que l’on puisse invoquer pour les justifier»

Sur ce, je me demande est ce que le mot est bien utilisé dans le monde d’aujourd’hui?
À mon avis, le monde actuel est mouvementé par deux types de terrorismes : Le terrorisme interne et le terrorisme externe.

1- Le terrorisme externe

Ils sont appelé des terroristes, dont l’appellation fait directement référence aux attentats suicides.
Ce sont ceux qui tuent pour imposer leurs philosophies crapuleuses. C’est aussi ceux qui bombardent ou tirent sur un public, une foule, un agglomérat, un agrégat…
Ils sont également ceux qui se font exploser par des bombes pour massacrer tout un public.
Par exemple : Daech, boko haram, les extrémistes, les intégristes, AQMI… Ils tuent par des bombes, des armes aux balles, des bombonnes de gaz, des explosifs artisanaux ( par exemple boko haram). C’est ce qu’on appelle aujourd’hui des attentats meurtrières. Leurs actes inhumains sont médiatisés. C’est ainsi qu’il sont devenus les ennemis internationaux.
Ces assassins de l’humanité troublent le monde entier en tuant des innocents.

2- Les terroristes internes : la nouvelle forme du terrorisme.

C’est ce que j’appelle aujourd’hui la nouvelle forme du terrorisme.
C’est en Afrique que cela se passe généralement.
Vu les deux définitions ci-dessus, qui mettent l’accent sur «l’usage de la violence» envers des innocents à des fins politiques, religieuses ou idéologiques; je martèle clairement que se sont les actes violents de nos chers dirigeants africains.

Car, ils musèlent leurs médias pour des fins politiques. Ils coupent l’Internet à l’approche des élections présidentielles : Nous avons recensé près de 50 coupures en 2016 commente Deji Bryce Olukotun, directeur d’AccesNow, un collectif d’associations de défense des internautes.

Ces chefs d’États sont des experts en matière de la violation de droit de l’homme : torture, tuerie, emprisonnement
Ces chefs d’États, emprisonnent les leaders des sociétés civiles pour des fins idéologiques.
Ils mettent en dangers la vie des opposants politiques. J’ai le regret d’écrire que leurs forces de l’ordre tirent sur des manifestants pacifiques. Les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les activistes sont poursuivis, tués, disparus et incarcérés pour des fins politiques. Violation des droits de l’homme, violation des principes de la liberté et de la démocratie, violation des principes de validité de toute les normes qui est la constitution sont devenus des stratégies et des méthodes pour ces chefs d’États pour s’éterniser au pouvoir.
répressions, arrestations, assassinats atteintes graves aux libertés sont les maîtres mots des maux et des violences pour des fin politiques et personnels.
Sur ce, je n’hésiterai pas à dire que l’Afrique est la base de violation des droits de l’homme. Et l’Afrique centrale est le point de départ de ces violations.

Ce sont des chefs d’États qui ont la boulimie du pouvoir et veulent coûte que coûte s’éterniser au pouvoir.
La durée du leurs pouvoir est plus d’un siècles. Pendant qu’en France 5 chefs d’États se sont succédés, dans cette partie de l’Afrique surtout centrale c’est les seules personnes ( Présidents qui ont duré au pouvoir) qui détiennent le monopole du pouvoir politique.

Ipso facto, de la Somalie aux deux Soudan, en passant par le Tchad avant de faire zoom au Niger et le Nord du Nigeria, tout en faisant un cap vers la frontières camerounaise avant d’atterrir en Centrafrique; toute ces populations meurent de faim. Cette partie de l’Afrique est menacée par la Faim. Sans oublier la Djibouti, l’Éthiopie, l’Ouganda.
Si les terroristes externes comme Daech et boko haram tuent avec les armes et bombes pour leurs idéologies répugnantes; les chefs d’États africains laissent mourir de faim leurs peuples, incarcèrent, tuent (par leurs forces de désordre oups, de l’ordre) aux balles réelles leurs propres peuples qui réclament leurs droits, violent les droits de l’homme, de la liberté et de la démocratie.

La vie humaine est sacrée. Le peuple a une vie, et sa est sacrée. 
Les grandes puissances qui se réunissent en G(x) doivent revoir leurs agendas de lutte contre le terrorisme.

Sharing is caring!

À propos de l'auteur

Moussa Djidingar

je suis Moussa Djidingar, de nationalité tchadienne. Je suis un étudiant en science politique. Combattant contre la mauvaise gouvernance, un analyste politique et des faits sociaux, ma lutte se penche aussi sur la sauvegarde de l'appareil étatique déchiqueté par la mauvaise gouvernance et ses caractéristiques. La conscientisation de la nouvelle génération est un atout dans ma plume. Simple , passionné du football, du scrabble, de la lecture et d'écriture, de la musique et du cinéma; je suis ouvert à tout le monde sans distinction.

Archives par auteur

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *